Comment aider les autres sans se perdre par Roisi Proven


Roisi Proven, chef de produit pour les startups de l’industrie des médias, nous apporte une étude de cas personnelle sur son parcours pour diriger avec empathie sans nuire à son propre bien-être. Veuillez noter que cette conférence traite de questions telles que la mort, la maladie mentale et la description des dépressions mentales.

L’empathie en tant que superpuissance

L’empathie est un outil puissant à avoir en tant que leader, et en étant capable de vraiment se mettre à la place des autres et de ressentir la douleur de leurs expériences vécues, nous sommes en mesure de mieux les soutenir et de créer un environnement propice à la croissance.

Cependant, cela a ses dangers. Si nous investissons une grande partie de nous-mêmes dans l’expérience des autres, il peut devenir difficile de se détacher, et le stress et l’anxiété vont augmenter. Une perte inattendue peut devenir le catalyseur d’une spirale descendante, et l’empathie qui vous a aidé dans votre parcours de leadership peut devenir une influence nuisible et destructrice.

L’empathie comme acolyte

Nous n’avons pas besoin d’avoir un excès d’empathie pour l’utiliser de manière productive. Vous ne devriez jamais demander à un membre de l’équipe de «laisser ses sentiments à la porte» en allant à une réunion, mais plutôt pratiquer à laisser ses sentiments en chemin en dehors, afin que vous puissiez vraiment être dans l’instant avec eux tout en protégeant votre propre santé mentale.

La vie est difficile, et bâtir une équipe diversifiée signifie trouver des moyens de permettre aux gens de se mettre pleinement au travail, en bien comme en mal. En favorisant un environnement de soutien comme celui-ci, nous donnons à des personnes d’horizons extrêmement variés la capacité de contribuer à nos produits et à notre organisation, et notre production s’améliorera considérablement en conséquence.





Source

  • Partager cet article

Laisser un commentaire